Développement du jeune enfant: Quid des assistantes maternelles?

Sweet moment with mother reading book to babySylviane Giampino, a remis un rapport à Laurence Rossignol, la ministre des Familles de l’Enfance et des Droits des femmes, intitulé : « Développement du jeune enfant, modes d’accueil et formation des professionnels » lors d’une réunion qui regroupait des professionnels de la petite enfance.

Il convient de rappeler que la France vient en tête des pays européens en matière de fécondité, ce qui veut dire que plus de la moitié des enfants  de moins de trois ans, sont pris en charge dans des modes d’accueil différents.

La ministre s’est engagée à mettre en place « Une identité professionnelle commune aux acteurs de l’accueil du jeune enfant », et a aussi annoncé un plan d’action pour les professions de la petite enfance.

Le rapport met en exergue quatre domaines spécifiques :

  • Le domaine scientifique : qui concerne le développement de l’enfant
  • Le domaine relationnel : qui concerne les relations entre parents et acteurs du mode d’accueil
  • Le domaine des structures : qui concerne l’organisation des différents modes d’accueil (collectifs et individuels)
  • Le domaine de la formation professionnelle

Quelle évolution pour les assistantes maternelles

Certaines propositions viennent enfin répondre aux interrogations des professionnels sur leur évolution professionnelle. Il est question de créer des passerelles d’un niveau  l’autre dans les métiers de la petite enfance.

Le manque de perspective dans le métier d’assistante maternelle, pousse les professionnels à quitter le métier en général au bout de sept à huit, ce qui accentue le taux de renouvellement.

Les organisations syndicales ainsi que de nombreuses associations et collectifs d’assistantes maternelles réclament depuis de nombreuses années, l’avènement d’une formation diplômante, ainsi que la modification du CAP petite enfant, pour qu’il puisse intégrer les assistantes maternelles.

Même si pour cela, la durée de la formation initiale qui est de 120 heures, doit se trouver rallongée, et se voir sanctionnée par un stage.

Comme tout professionnel, les formations continues devraient être facilitées pour les professionnels de la garde d’enfant, avec une compensation de l’état, et un remplacement pendant la durée de la formation.

 Une ombre au tableau.

Le rapport de S. Giampino, préconise l’instauration d’un tiers dans la contractualisation entre assistantes maternelles et parents, c’est-à-dire RAM, PMI ou autre, qui serait en charge de négocier, appliquer et ratifier le contrat de travail.

Cela ne semble pas être du goût des syndicats qui font état de certaines circonstances et affaires dans lesquelles les assistantes maternelles ont subi des pressions de la part de ces instances ce qui a souvent mené à des plaintes en Prud’hommes.

Même si le rôle principal des RAM et des PMI est le même que celui des assistantes maternelles, à savoir le développement de l’enfant, ces organismes ne possèdent aucune compétence ni formation juridique qui leur permettrait d’exercer ce rôle d’arbitre dans la relation entre parents et assistantes maternelles.

Cette décision pourrait conduire à l’uniformisation des salaires des assistantes maternelles ainsi qu’à la mainmise sur une profession qui désire être considérée comme des salariés à part entière.

Leave a reply